Un espace Bien-être pour nos patients en Chirurgie Thoraco-vasculaire

Un espace Bien-être pour nos patients en Chirurgie Thoraco-vasculaire

Pour favoriser le rétablissement rapide de nos patients après une chirurgie, les services de Chirurgies de l’Hôpital d’Argenteuil se sont engagés depuis quelques années, dans la mise en place du programme RAAC – Récupération Améliorée Après Chirurgie (RAAC). Cette approche de prise en charge novatrice est basée sur l’implication totale du patient dans sa prise en charge.

Avec un souhait constant de développer la pratique de « récupération améliorée », le service de Chirurgie Thoracique et Vasculaire souhaite aujourd’hui mettre en place une salle d’exercice et de Bien-être pour ses patients.

Une salle d’exercice adaptée aux patients

L’activité physique après une intervention chirurgicale est une chance supplémentaire pour un rétablissement rapide du patient ; et le service de Chirurgie thoracique et vasculaire est convaincu que pour qu’un programme d’activité physique soit efficace et bénéfique au patient, il est nécessaire de le débuter le plus précocement possible.

Elle en résulte :    

  • Une récupération plus rapide après l’intervention
  • Moins de complications post–opératoires
  • Une sortie précoce de l’hôpital

En pratique

L’implantation de la salle d’exercice et de bien-être se situera directement dans le service de Chirurgie. L’accessibilité à cette salle sera donc optimale pour les patients hospitalisées après une intervention chirurgicale.

Cette nouvelle salle de sport pour nos patients a vocation d’accueillir des séances coachées gratuitement,

La mise en place du projet nécessite :

  • Une table de massage pliable
  • Des chaises de repos pour les patients
  • Des équipements sportifs
  • Une tablette numérique

Objectif de la collecte : 2000 €

Faire un don

Le robot NAO au service des enfants autistes

Le robot NAO au service des enfants autistes

L’autisme est un trouble précoce du développement de l’enfant, plus ou moins sévère, apparaissant avant l’âge de 3 ans. Il se caractérise par un isolement et une perturbation des interactions sociales, des troubles du langage et de la communication, des activités stéréotypées ainsi qu’une restriction des intérêts.

Le service Psychiatrie de l’enfant de l’hôpital d’Argenteuil souhaite développer une nouvelle pratique d’apprentissage pour les jeunes patients atteints d’autisme, par l’acquisition d’un robot NAO.

Le robot Nao

Développé par une société de robotique française, NAO est un robot humanoïde. Il peut percevoir son environnement et se repérer dans l’espace grâce à ses sonars et à ses multiples capteurs sur la tête, les mains et les pieds. Il est équipé de micros et haut-parleurs, qui lui permettent d’entendre et de parler de façon naturelle. Grâce à ses caméras, Nao peut voir son interlocuteur, reconnaître les formes et les objets, et filmer.

Depuis un logiciel, il est possible d’ajouter des fonctions, d’enrichir la personnalité de son robot ou de développer de nouveaux savoir-faire.

Le robot Nao pour un enfant autiste

Dans certains pays, comme le Canada, le robot NAO est utilisé pour les enfants en difficulté d’apprentissage et principalement auprès des enfants autistes. Ce robot aide les enfants à communiquer, à parler, à écrire, à lire… il permet également d’explorer les capacités d’interaction, d’être plus dynamique, attentif, actif.

Le service Psychiatrie de l’enfant de l’hôpital d’Argenteuil souhaite ainsi développer cette nouvelle pratique d’apprentissage auprès de ses jeunes patients atteints d’autisme.

Le robot Nao développe des activités pédagogiques adaptées aux enfants autistes comme par exemple :

  • Utiliser la méthode « acquisition/restitution »
  • Limiter les mots parasites
  • Employer des consignes avec des verbes d’actions
  • Développer la motricité
  • Jeux d’orientation au son
  • Activité « Pointage d’objets au sol »
  • Activité « Stimulation visuelle avec jeu de cartes »
  • Activité « Habileté sociale et formules de politesse »

La mise en place du projet nécessite :

  • L’achat du robot humanoïde NAO
  • L’achat du logiciel adapté aux besoins du services
  • La formation à nos équipes (soignants, accompagnants, éducateurs…)


Objectif de la collecte :
10 000 €

Faire un don

Un jardin thérapeutique dans l’hôpital

Un jardin thérapeutique dans l’hôpital

Dans les services de soins de Psychiatrie et Santé Mentale de l’Hôpital d’Argenteuil, les équipes soignantes accordent une attention particulière au bien-être de leurs patients (adultes, adolescents et enfants). Une préoccupation d’autant plus prégnante que les services accueillent des malades chroniques, souvent hospitalisés pour de longues durées.

Soucieux d’améliorer la prise en charge des soins et convaincu de l’intérêt des , le Pôle de Psychiatrie et Santé Mentale souhaite proposer des ateliers d’éducations à la nature à ses patients.

Un projet aux diverses vertus

Le jardinage est une activité apaisante et pleine de ressources. Par la mise en place d’un jardin thérapeutique, les équipes soignantes de l’hôpital d’Argenteuil souhaitent utiliser cette pratique comme un outil d’accompagnement thérapeutique.  Ce projet leur permettra de travailler sur le plan cognitif, sensoriel et psychomoteur des patients en leur permettant de cultiver, creuser, planter, récolter, et prendre soin du jardin. Le travail en groupe et la motricité seront ainsi renforcées grâce aux gestes du jardinage.

Enfin, ce projet est aussi une aventure visuelle pour permettre de végétaliser les abords du bâtiment Ferenczi, où le Psychiatrie et Santé Mentale est situé. Le jardin pourra ainsi être un lieu de repos, apaisant, accessible à nos patients, et à proximité de leur lieu d’hospitalisation.

Le projet de jardin thérapeutique en pratique

Une infirmière, référente du projet, animera les ateliers aux côtés de professionnelles de jardinage. Selon les saisons et les capacités des patients, des ateliers seront proposés pour accompagner au mieux les patients. Ce projet sera accessible aux patients adultes, adolescents et enfants hospitalisés en psychiatrie pouvant sortir du service.

La mise en place du projet nécessite

  • L’achat d’outillage
  • L’achat de plantes, de graines, de terreau
  • L’installation de bacs de culture
  • L’aménagement d’une salle pour des ateliers nature


Objectif de la collecte : 3 000 €

Faire un don

Une bibliothèque en Pédiatrie

Une bibliothèque en Pédiatrie

Pour nos jeunes patients contraints à l’immobilité dans leur chambre d’hôpital, la lecture représente une source d’évasion infinie ; un temps de répit précieux entre deux examens.

Soucieux d’améliorer le bien-être des enfants hospitalisés, le service Pédiatrie de l’hôpital d’Argenteuil ambitionne de créer une bibliothèque dans son service.

Un projet ludique mais aussi culturel

Ce projet de création de bibliothèque c’est aussi l’occasion pour nos jeunes patients issus de milieux défavorisés, où l’accès à la culture reste limité et la lecture souvent cantonnée aux activités scolaires ; de développer le goût de lire et l’accès à la richesse de l’écrit.

Les attentes du projet

En parallèle des bénéfices culturels pour les patients hospitalisés, un tel projet permet de :

  • Apporter des moments d’évasion, de distraction et de partage aux enfants hospitalisés
  • Développer le goût de la lecture autonome
  • Proposer une alternative aux écrans
  • Familiariser les enfants avec différents types d’écrits
  • Lire des œuvres complètes et y émettre une opinion
  • Développer des activités pédagogiques et éducatives autour de la lecture

Une offre variée et différenciée

Pour développer le projet et en assurer sa réussite auprès des jeunes patients, l’ensemble de l’équipe de Pédiatrie s’est impliquée dans son élaboration, ainsi :

  • L’offre de lecture correspondra aux besoins et aux attentes des patients, en tenant compte de leur situation d’hospitalisation (durée de séjour, pathologie), de leur âge, de leur niveau scolaire, de leurs habitudes culturelles…
  • Les supports de lecture seront variés : livres, albums, magasines, livres en gros caractères, livres audio, bilingues, butaï et kamishibai, raconte tapis, fabrique à histoires…
  • L’éducatrice de jeunes enfants, l’enseignante et quelques membres volontaires de l’équipe
    soignante veilleront à l’organisation des prêts, à la mise en place d’activités et au
    renouvellement de l’offre de lecture.


La mise en place du projet nécessite :

  • Du mobilier (étagères, présentoirs, tour de mangas…)
  • Une application de gestion de prêts
  • Des applications numériques pour les ateliers
  • Une réserve d’articles de papeterie
  • Des collections de livres

Objectif de la collecte : 8 000 €

Faire un don

Une vidéo pendant l’IRM

Une vidéo pendant l’IRM

Pour améliorer la prise en charge hospitalière de nos jeunes patients, les services Pédiatrie et Radiologie de l’Hôpital d’Argenteuil ont acquis, grâce au soutien financier de nos donateurs, un dispositif IRM permettant de visionner un contenu multimédia durant une séance d’IRM.

Pour quels patients ?
Un examen IRM dure entre 20 et 30 minutes et demande une immobilité prolongée. Il s’agit d’un examen d’une importance majeure en pédiatrie dans certaines situations : recherche de tumeur cérébrale, exploration d’un trouble du neurodéveloppement, d’une épilepsie…

Pour de jeunes enfants, le bruit, l’isolement et l’immobilité en font un examen particulièrement anxiogène avec un taux important d’échec malgré le recours à des traitements anxiolytiques parfois puissants.

Le projet s’adresse donc en priorité aux enfants, mais peut également bénéficier à des adultes phobiques ou anxieux.

En pratique
Au-delà de l’amélioration de la qualité des images et de la diminution du nombre d’analyses annulées et répétées notamment chez les enfants, un tel dispositif permettrait de :

  • Réduire l’anxiété du patient
  • Favoriser la détente physique
  • Détourner l’attention lors de l’examen
  • Réduire le besoin de sédation pour les enfants

Ce nouveau dispositif s’inscrit également dans la volonté de l’établissement de développer l’offre d’imagerie médicale sur le territoire, et de répondre à une vraie problématique de soins.

Budget collecté : 35 000 €

Avec le soutien précieux de :

    logo du sport et plus

 

montage photo actualité bien-etre

Des séances bien-être grâce aux dons

Dans le cadre de l’épidémie Covid-19, plus de 8000 € de dons ont été récoltés sur le Fonds de dotation de l’hôpital d’Argenteuil à l’attention des professionnels hospitaliers.

Cette générosité a été mise à profit des soignants et de l’ensemble des professions hospitalières en leur apportant un soutien sous forme de séances relaxation et bien-être.
42 journées et soirées + 3 nuits ont été organisées directement au sein des unités. Ostéopathes, modeleuse, sophrologues et praticien en hypnose ont ainsi prodigué leurs soins à plus de 770 professionnels.

Grâce à vous,
on a pris soin de nous

Un grand moment de détente côté équipes

« Un grand merci pour ce superbe cadeau ! » – « Merci encore pour ce moment de détente »
« C’était trop bien ! » – « Franchement MERCI car cela fait un bien fou ! »
« Le soir j’ai vraiment très bien dormi alors que la qualité de mon sommeil n’est pas super en ce moment »
« J’avais mal depuis des semaines à une épaule et je sens aujourd’hui une différence »
« Merci pour ce soin bénéfique pour le corps et l’esprit.  Un grand moment de détente.»
« Merci d’avoir pensé à nous ! »

Un véritable marathon du bien-être côté praticiens

Céline, sophrologue : « J’ai axé mes séances autour de la respiration – pour retrouver du calme après ces semaines agitées, et chasser les tensions provoquées par le contexte Covid – et autour de la visualisation positive pour se projeter dans un avenir plus serein. »

Jaoued, ostéopathe : « Les personnes que j’ai rencontrées sont adorables. »

Fatima, modeleuse : « Les filles étaient tellement sympas et tellement satisfaites des prestations que je n’ai pas vu le temps passer. »

Paul, ostéopathe : « Autant de consultations en une journée, c’est un rythme très intense ! Je me suis adapté. Et même si mon intervention a pu être appréciée et bénéfique pour certains, et je m’en réjouis, j’ai le sentiment que ce n’est qu’une goutte d’eau qui me fait prendre conscience de l’étendu de la sécheresse. J’ai été touché par le courage et le dévouement de ceux que j’ai vu. Et même si je crois que le sacrifice n’est jamais bon, j’ai vu des hommes et des femmes tenir bon, en accord avec leurs convictions. »

Nadia, sophrologue : « Les personnes ont pu exprimer des ressentis qu’elles gardaient en elles…. Mon idée était d’amener du mieux-être et une gestion des tensions et des émotions après cette période difficile pour tous. Les séances apportent un moment de pause et de répit, elles permettent également d’ouvrir la parole pour certains sur ce qu’ils ont vécus de difficile pendant la période de confinement. »

Annette, sophrologue : « Les participants m’ont fait tous part de leur grand besoin de retrouver une détente, un lâché des tensions accumulées surtout après cette période. »

Angela, ostéopathe : « Ça m’a fait plaisir de le faire pour le personnel soignant qui s’est plus que démené durant cette épidémie. J’ai adoré cette expérience que je ferais de nouveau avec plaisir. C’était intense niveau boulot mais ça restera une très belle expérience. Des soignants aussi sympathiques les uns que les autres, un très bon contact est passé. »

Olivier, praticien en hypnose : « En tant qu’infirmier libéral venu en renfort en réanimation Covid à l’hôpital, je suis très conscient de la période difficile que nous venons de vivre. J’ai pris plaisir à venir faire des séances d’hypnose aux professionnels très éprouvés. Certains sont venus me voir pour améliorer la qualité de leur sommeil, soulager des douleurs, arrêter de fumer, les apaiser ou les détendre… Les journées étaient très remplies mais les bons retours du personnel que j’ai vu m’ont beaucoup motivé. Je suis heureux d’avoir contribué un peu au bien-être du personnel durement touché. »

 

Le Parisien : Dans le Val-d’Oise, les dons pour les hôpitaux utilisés pour le bien-être du personnel

 

  • Envoyer par e-mail